Tendances Bière 2024 : Le développement durable, un défi de taille pour les brasseurs et brasseuses (5/5)

Écoute l'épisode sur ta plateforme préférée →

Bienvenue dans les tendances bière 2024 🍻

Dans ce dernier épisode de SuperPotion™ focus “Tendances Bière 2024“, Ludovic explore avec Théodore Becquart les défis du développement durable auxquels sont confrontés les brasseurs et brasseuses en 2024.

Ils passent en revue les coûts grandissants de la démarche RSE, les efforts d’éco-conception, la généralisation de la consigne, la nécessaire sobriété énergétique, l’optimisation des processus de production. Mais aussi les initiatives en faveur des circuits courts et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Autant de pistes pour que les brasseries conjuguent rentabilité et responsabilité. Une mine d’informations pour comprendre les mutations de la filière brassicole face aux enjeux environnementaux !

🧵 Chapitres

00:57 – Démarche RSE en brasserie
04:15 – La consigne et le réemploi dans la filière brassicole
14:43 – Économie d’énergie en brasserie
21:16 – Optimisation à l’empâtage
23:41 – Mesurer sa consommation
27:07 – Consommation locale et limitation des déchets
30:14 – Implantation sur de nouveaux territoires
31:55 – Adaptation, recettes et impact environnemental
44:07 – Vers une démocratisation de la canette ?
45:56 – Un avenir dans la filière ?

“Privilégier les houblons et malts locaux, développer la vente en fûts consignés, limiter les pertes… De nombreuses initiatives vertueuses émergent pour réduire l’empreinte carbone des bières artisanales.”


Théodore Becquart, Fondateur de Brewing Theory

Réchauffement climatique, hausse des coûts de production, raréfaction des ressources… Les brasseurs et brasseuses sont confrontés à de nombreux défis liés au développement durable. Comment s’adapter pour concilier rentabilité et responsabilité ?

La RSE, un investissement coûteux mais nécessaire

Intégrer une démarche RSE implique des coûts souvent élevés, notamment pour les petites brasseries. Pourtant, limiter son impact environnemental et améliorer sa responsabilité sociétale devient incontournable.

Les brasseries doivent composer avec cette charge supplémentaire, tout en restant rentables dans un contexte économique tendu. L’enjeu est de taille, mais les mentalités évoluent progressivement.

Le pari de la consigne et du réemploi

La loi AGEC prévoit une généralisation de la consigne d’ici 2025, avec un objectif de 10% de contenants réemployables. Un vrai défi logistique et économique pour la filière brassicole.

Le modèle économique du lavage et de la récupération des bouteilles doit encore être optimisé. Les brasseurs sont incités à adopter des contenants standardisés et à revoir l’organisation de leur production.

Sobriété énergétique et process optimisé

Face à l’explosion des coûts de l’énergie, de nombreux leviers existent pour réduire la consommation des brasseries : suppression de l’ébullition pour les bières non refermentées, utilisation de levures à température ambiante, brassage en heures creuses…

L’optimisation de l’empâtage et la réduction des pertes à l’embouteillage permettent aussi de substantielles économies. Les brasseries n’ont d’autre choix que de revoir leur processus de A à Z.

Mesurer et piloter pour progresser

Une démarche RSE réussie nécessite de mesurer précisément ses consommations en eau, énergie… et ses émissions polluantes. De nombreux brasseurs manquent encore de visibilité sur ces indicateurs clés.

Des outils de suivi sur chaque étape du processus brassicole sont indispensables pour identifier les leviers de progrès et faire évoluer les mentalités en interne.

Circuits courts et lutte contre le gaspillage

Privilégier les houblons et malts locaux, développer la vente en fûts consignés, limiter les pertes… De nombreuses initiatives vertueuses émergent pour réduire l’empreinte carbone des bières artisanales.

Upcycler ses drêches en nourriture pour champignons ou en cosmétiques, comme le font certains pionniers, ouvre également des perspectives prometteuses.

Un avenir dans la filière brassicole ?

Ces défis soulignent l’évolution rapide du secteur, avec un accent sur la durabilité et la réduction des coûts. Les brasseurs doivent faire preuve d’agilité pour s’adapter, innover et rester compétitifs, tout en limitant leur empreinte environnementale.

Le développement durable s’impose comme une nécessité pour assurer la pérennité de la filière. Les brasseries ont fort à faire pour transformer l’essai d’ici 2024 !

FAQ Développement durable en 2024

Ludovic Mornand

Ludovic Mornand

PODCASTER & BOSS FINAL

Ludovic est le fondateur et directeur de Studio Blackthorns et SuperPotion™. Il anime les émissions SuperPotion™, The Bottlefield Show et 1000 Hectos, toutes les trois spécialisées dans le secteur de la boisson.

« À travers ce podcast, à la fois fun et enrichissant, j’ai souhaité marquer mon empreinte d’expert dans le secteur de la boisson alcoolisée et non-alcoolisée en invitant des professionnels de l’industrie : brasseurs, distillateurs, vignerons, cavistes, journalistes. Mon but est d’apporter de l’inspiration à ces acteurs de la filière Potions pour les aider à sans cesse se renouveler. C’est ainsi qu’est né le podcast SuperPotion™, une émission divertissante et empreinte de nostalgie pop-culture pour les années 90s. SuperPotion, un élixir d’innovation pour sublimer toutes vos boissons ! »